Neomad

Picture of Marion Touboul
Marion Touboul

Brèves de voyage

2 min read

Suivre la flèche

À la lisière d’un champ sur une pierre, à l’entrée d'un hameau sur une façade, elle est là qui indique la route : la flèche jaune. Quand bien même elle pourrait manquer, impossible de se perdre, il suffit de marcher droit vers le Nord. Débarrassé des tracas d’orientation, le marcheur peut vagabonder l’esprit libre. Le soir venu, il trouve sans difficulté auberges et bistrots pour petits budgets. Tout est pensé pour lui.C’est aussi pour ces facilités que j’ai choisi l’Espagne comme terrain de cette longue marche. Rien d’autre à faire qu’à mettre un pied devant l’autre et savourer le spectacle des lumières changeantes au cours du jour.

Je marche depuis quatre jours et j’ai l’impression de cheminer dans un train de luxe. Un train car je me contente de suivre des rails établis il y a des centaines d'années, de luxe car je peux toucher, sentir, voir de près tout ce qui m’entoure. Marcher est en cela une expérience sensorielle complète. Aujourd’hui en suivant les flèches jaunes, j'ai traversé un champ de coquelicots, observé une douzaine de porcs noirs se délecter d’un bain de boue, admiré les ruines d’un château arabe, laissé passer un troupeau de chèvres, salué leur vieux berger, contemplé un cheval blanc poster devant les restes d’une autre forteresse, humé le thym en fleurs, écouté le claquètement de cigognes en équilibre sur le toit d’une église, je me suis ressourcée à une pompe à eau située au milieu d’une immense pâture au vert tendre...On entreprend cette immersion dans la nature se sentant quelque part un peu coupable de parfois la malmener et c’est elle qui plie les branches de ses arbres en quatre pour vous ombrager, qui fait souffler le vent après une sente abrupte, qui offre des plantes pour soulager vos bobos...